vendredi 20 Juil 2018
Imprimer

Écrit par AFC49. Posted in Communiqué

Le divorce n’est pas une fatalité

Découvrez 10 mesures politiques simples pour aider les couples à rester ensemble

66 % de divorces depuis presque 40 ans : c’est le constat du naufrage du mariage en France. 

Et les conséquences sont dramatiques pour la société et les familles : drames familiaux, précarisation des conditions de vie, insécurité émotionnelle, coût économique lourd à porter - dont les femmes sont les premières victimes - hausse de l’échec scolaire, 1 million d’enfants « sans domicile fixe » …

La réponse de l’Etat ? 

Fin du divorce pour faute, banalisation du divorce par consentement mutuel, projet de divorce sans juge : sur le papier, il est désormais plus facile de divorcer que de résilier un abonnement téléphonique.

Face à ce constat, la majorité a déjà baissé les bras

Le divorce n’est plus remis en question. Le couple durable est relégué aux réalités d’une autre époque. L’amour dure trois ans et les couples se font et se défont.

Et vous, vous acceptez ça ? 

Le site que nous mettons en ligne veut prouver que le taux de divorce n’est pas une fatalité !

En prenant quelques décisions politiques essentielles, nous pouvons inverser la courbe des divorces et consolider les couples et la famille. Les AFC vous proposent de soutenir 10 mesures politiques simples et concrètes pour construire un environnement qui aide les couples à durer. Soutenez-les dès maintenant en les envoyant à votre député !

C’est maintenant ou jamais.

Arrêtons la casse !

VISITER ET SIGNER
 

Aidez-nous à arrêter la casse
sur les réseaux sociaux

facebook
twitter

Imprimer

Écrit par AFC49. Posted in Communiqué

Marlène Schiappa, Secrétaire d’Etat chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes, annonce ce matin qu’un projet de loi ouvrant la PMA aux femmes célibataires et aux couples de femmes sera déposé en 2018 dans le cadre de la révision des lois de bioéthique.

La PMA est aujourd’hui seulement autorisée en cas d’infertilité médicale d’un couple. Les AFC estiment dangereux de modifier cet équilibre pour répondre aux pressions voulant imposer un «droit à l'enfant». Des techniques médicales destinées à soigner des pathologies se trouveraient ainsi utilisées pour créer artificiellement une fertilité de convenance.

Ouvrir la PMA aux femmes seules et aux couples de femmes, c'est  délibérément priver de père un enfant, alors même que de plus en plus de professionnels de l'enfance (pédopsychiatres, services d'adoption...) soulignent l'importance de la place du père et de l'accès aux origines dans la construction de l'enfant.

Les AFC attendent du Président de la République et du Gouvernement qu'ils ne rouvrent pas inutilement des débats de société, à plus forte raison si les conditions d’une concertation apaisée ne sont pas réunies.


 

Imprimer

Écrit par AFC49. Posted in Communiqué

Depuis plus de 25 ans, les Chantiers-Éducation, créés au sein des AFC, soutiennent les parents dans leur mission de premiers et de principaux éducateurs de leurs enfants.

Ouverts à tous, les « Chantiers » sont un temps d’écoute, d’échange et de partage sur les questions éducatives.

En équipe de 6 à 10, les parents se rencontrent une fois par mois pendant l'année scolaire. Les sujets sont variés : les rivalités frères-sœurs, l’articulation vie familiale-vie professionnelle, les écrans, les peurs de nos enfants, la confiance en soi, l’autonomie… Les participants y enrichissent leurs expériences quotidiennes d’éducation et développent leurs compétences à rechercher le Bien pour chaque enfant.

Aujourd’hui, plus de 600 Chantiers-Éducation font leur rentrée en France et à l’étranger. Des Chantiers-Education spécifiques se développent autour du handicap, de la précocité, ou en partenariat avec d’autres associations ou des mairies. Des Chantiers de grands-parents se multiplient.

Rejoindre un Chantier-Education est pour les parents un tremplin pour élargir ses manières d’être et de faire pour éduquer ses enfants.


Imprimer

Écrit par AFC49. Posted in Communiqué

Les AFC ont écouté attentivement le discours de politique générale du Premier Ministre à l'Assemblée Nationale hier.

Elles se réjouissent que le Gouvernement affirme sa considération pour la place de la famille dans la société en déclarant que les familles ne doivent pas être considérées comme de "simples variables d'ajustement fiscal" ou encore que "la baisse de la natalité de son côté, réelle depuis deux ans, doit nous alerter".

Pourtant, simultanément, elles constatent le peu de mesures concrètes destinées à conforter son rôle alors mêmes que les familles - et en particulier les familles nombreuses - ont été sévèrement matraquées pendant 4 ans par une fiscalité idéologique : baisses du plafond du quotient familial, mise sous conditions de ressources des allocations familiales… !

Les mesures améliorant le congé maternité et les solutions de garde d'enfant que proposera la Ministre des solidarités et de la santé vont dans le bon sens. 
Elles demeurent néanmoins très insuffisantes pour redonner confiance aux familles et stabiliser leur environnement économique.
Insuffisantes pour rapprocher le taux de natalité du nombre d'enfants souhaité (2,4). Insuffisantes pour traduire au plan politique que "les familles sont de plus en plus diverses, mais leur rôle reste central", et qu'il  faut "aussi reconnaître et soutenir les solidarités familiales affectives et financières".

Les AFC rappellent qu'un enfant, pendant plus de vingt ans, est intégralement à la charge de sa famille qui le loge, le nourrit, l'éduque, l'instruit… Or c'est précisément cet enfant qui assurera la société de demain.

Ce Gouvernement veut rajeunir les cadres, mieux accompagner les entrepreneurs et redonner confiance à la société. 

Qu'il encourage réellement la famille, premier lieu où ces ambitions devront prendre corps !  


Imprimer

Écrit par AFC49. Posted in Communiqué

Le Comité Consultatif National d'Éthique (CCNE) a rendu ​hi​er​ un avis consultatif majoritairement favorable à l'ouverture de la Procréation Médicalement Assistée (PMA) aux femmes seules et aux couples de femmes. 

Cet avis attendu depuis 2013 et toujours reporté jusqu'ici, compte tenu de la gravité des enjeux, n'a pas fait l'unanimité au sein même du Comité d'Éthique. Plusieurs sages ont émis une opinion divergente. 

En 2011, le Législateur avait considéré la PMA comme une réponse possible à l'infertilité médicale, par définition non choisie et non voulue.

Les AFC estiment dangereux de modifier cet équilibre, pour répondre aux pressions de lobbies qui militent pour un "droit à l'enfant". Des techniques médicales destinées à soigner des pathologies se trouveraient ainsi utilisées pour créer artificiellement une fertilité de convenance.

Les AFC ne peuvent pas non plus admettre les conséquences d'une éventuelle généralisation de la PMA. Celle-ci déboucherait inévitablement sur l'autorisation de la GPA, négation de la dignité de la femme, de la maternité et du droit des enfants à connaître leur père et leur mère. 

Ouvrir la PMA aux femmes seules et aux couples de femmes, c'est  délibérément priver de père un enfant, alors même que de plus en plus de professionnels de l'enfance (pédopsychiatres, services d'adoption...) soulignent l'importance de la place du père et de l'accès aux origines dans la construction de l'enfant. 

Les AFC attendent du Président de la République qu'il ne rouvre pas des débats de société qui ont contribué à la division du pays, à l'heure où toutes les énergies doivent être mobilisées vers la réconciliation, l'amélioration du sort des plus défavorisés et le bien commun.