lundi 20 Nov 2017

Inscription colloque AFC / ICHTUS "Catholique en Action !"

 Pour participer au colloque, inscription obligatoire ci-dessous 

Billetterie Weezevent
Imprimer

Écrit par AFC49. Posted in Communiqué

Une menace contre le libre choix

Laurence Rossignol a accusé de " délit d'entrave numérique " les sites internet qui, à travers des témoignages, et contrairement au site - officiel - d'information du Gouvernement, font état des risques pour la mère liés à avortement …

Mettre en avant des observations et des faits, proposer d'autres voies que l'avortement ou favoriser sa prévention seraient donc des délits ? L'évocation, par une femme, de sa souffrance occasionnée par un avortement est-elle condamnable ?

La liberté d'expression est fondatrice de la société démocratique. Et même, pour autant qu'il soit factuel et respectueux, l'exercice d'une telle liberté est la source fondamentale du progrès et de l'approfondissement de la liberté de chacun(e). En outre, le principe de la légalité des délits et des peines, consacré notamment à l'article 8 de la Déclaration des droits de l'Homme et du Citoyen (" La loi ne peut établir que des peines strictement et évidemment nécessaires et nul ne peut être puni qu'en vertu d'une loi établie et promulguée antérieurement au délit et légalement appliquée ") s'impose, notamment pour respecter la séparation des pouvoirs.

Les Associations Familiales Catholiques s'inquiètent donc d'une telle déclaration quand elle est le fait d'un Ministre de la République. Aussi, elles se montreront attentives aux suites qui lui seront données.

Les AFC considèrent, d'ailleurs, que le nombre très élevé d'avortements en France constitue un problème de santé publique et devrait être traité comme tel : études des facteurs de risque et lutte contre ces mêmes facteurs de risque.


 

Imprimer

Écrit par AFC49. Posted in Communiqué

La mise en place de la Protection Universelle Maladie (PUMa) bénéficiant aux personnes ayant une activité professionnelle ou une résidence stable et régulière en France entraine la suppression progressive, pour les majeurs, du statut d’ayant droit d’assuré social dont bénéficiaient notamment les conjoints d’assurés sociaux n’exerçant pas d’activité professionnelle.

 

La PUMa est financée par une nouvelle cotisation subsidiaire maladie de 8% perçue sur les revenus du capital des assurés ne bénéficiant pas de revenus professionnels, au-delà d’un seuil.

 

Les Associations Familiales Catholiques veilleront à ce que les conjoints d’assurés bénéficiaires de revenus professionnels ou de pensions de retraite soient bien exonérés de cette cotisation, conformément à l’article L-160-1 du Code de la Sécurité Sociale.

 

Au-delà de cette nouvelle disposition, les Associations Familiales Catholiques veulent réaffirmer leur opposition à toute mesure susceptible de remettre en cause les avantages dont bénéficie le foyer familial pour le calcul des droits et des obligations de ses membres. La solidité des liens familiaux est reconnue par tous comme un facteur essentiel d’épanouissement des enfants et de solidarité intergénérationnelle et elle doit donc être favorisée, dans le respect des droits et de la dignité de chacun des membres de la famille.


Imprimer

Écrit par AFC49. Posted in Communiqué

Les AFC sont sous le choc des événements qui se sont déroulés le 26 juillet dernier dans l'église de St Etienne du Rouvray. Elles sont particulièrement  atteintes par la mort du Père Jacques Hamel, sauvagement égorgé alors qu'il célébrait la messe.

Les AFC ont été sensibles aux marques de compassion et de respect adressées par le Gouvernement et la société civile à la communauté catholique. 

Avec de nombreuses autres, celle-ci est aujourd'hui la cible de la barbarie islamiste. Les ennemis désignés par Daech sont mutiples : ce sont ceux dont les opinions, les croyances ou les modes de vie diffèrent de ceux qu'ils professent.

Les AFC dont la mission est "la défense des intérêts matériels et moraux des familles" (statuts) souhaitent contribuer à l'élaboration des réponses qui garantissent  l'intégrité physique et la sécurité de chaque personne. 

Ces réponses devront porter à la fois sur la sécurité et la culture du respect mutuel : 
les failles de sécurité qui sont mises en évidence de manière régulière doivent être définitivement comblées. C'est nécessaire pour empêcher les individus dangereux de nuire mais surtout éviter de laisser penser que la puissance publique ne maîtrise pas la situation.
- l'action culturelle et éducative - qui exige aussi de mobiliser chaque personne et de s'appuyer sur chaque famille - doit pour sa part promouvoir une société où coexistent et s'expriment toutes les opinions, dans la paix, la fraternité et le respect des personnes. Cette culture de libre expression doit être l'effort premier d'une laïcité bien comprise, assumée et féconde.

Les AFC attendent des actions fortes de la part des gouvernants français dans ces deux domaines.


 

Imprimer

Écrit par AFC49. Posted in Communiqué

Les AFC poursuivent leur mobilisation en soutenant encore les deux propositions de lois visant à maintenir fermement l’interdiction de la GPA en France.

Jeudi 16 juin dernier, lors de l’examen des textes à l’Assemblée Nationale, les AFC ont manifesté et pris la parole devant des milliers de participants, aux cotés des parlementaires et de nombreuses associations déterminées. Cette action a été un succès dans la rue !

 

Les députés voteront ces textes demain mardi 21 juin ; la mobilisation continue !
A Paris, rendez-vous à 12h30, métro Invalides.

 

 --- --- ---

 

« Au commencement, il y a un désir, le désir d’avoir un enfant, d’être père ou d’être mère. Ce désir estnaturel. Et ce désir n’étant pas comblé, y succède la souffranceMais la fin ne justifie pas les moyens !

 

G.P.A., derrière cet acronyme froid se cachent deux réalités sordides :

- La fabrication d’un enfant en vue de son abandon, d’un abandon programmé, comme un bien est commandé, fabriqué, cédé, livré au titre d’un contrat de vente. La vente d’enfants ! La traite d’enfants !

- L’aliénation du corps d’une femme, l’aliénation d’une femme, souvent miséreuse, toujours dans le besoin, pour la satisfaction d’un couple de clients, de riches commanditaires.

Et il est tout de même effrayant qu’en France, dans la patrie des droits de l’Homme, en 2016, nous ayons à manifester pour que cesse une telle pratique qui est, certes, illégale en droit français mais dont on reconnaît pourtant les effets juridiques !

 

En clair, des enfants sont fabriqués par des femmes étrangères, réduites à leur matrice, pour répondre aux commandes de couples acheteurs français qui violent, impunément, la loi française et demandent ensuite la reconnaissance de leur méfait.

 

C’est le règne marchand. Avec son entrée de gamme, l’Indienne, son milieu de gamme, l’Ukrainienne, son haut de gamme, l’Américaine.

 

Enfin, la GPA gratuite étant illusoire, la GPA dite  « éthique » est au fond la même chose qu’un esclavage « éthique » ou une prostitution « éthique » : une expression parfaitement contradictoire !

 

Cette bataille, il nous faut, tous, députés, magistrats, citoyens, de droite ou de gauche, la livrer, sans relâche, pour les enfants et pour les femmes, pour les femmes de tous les pays. 

 

C’est l’honneur des députés de la soutenir et de la voter. »

 

Extrait de l’intervention de Bertrand LIONEL-MARIE, responsable national aux AFC du secteur « Bioéthique », lors de la manifestation à Paris le 16 juin 2016. 


Imprimer

Écrit par AFC49. Posted in Communiqué

Parce que la femme ne peut être exploitée ! Parce qu’un enfant n’est pas une marchandise !

 

Déposées depuis plusieurs mois, deux propositions de loi seront discutées à partir du jeudi 16 juin à l’Assemblée Nationale pour lutter contre la GPA.

La première, présentée par Valérie Boyer et plus de 40 députés, vise à lutter contre le recours à une mère porteuse, notamment en créant un délit spécial assorti d'une peine dissuasive, et à condamner ceux qui violent la loi française, y compris à l'étranger.

 

La seconde, présentée par Philippe Gosselin et près de 70 députés, vise à inscrire dans le premier article de notre Constitution le principe d’indisponibilité du corps humain.

 

Les AFCLa Manif Pour Tous, le CPDH, les Maires pour l’Enfance, l'Appel des Professionnels de l’Enfance et l'Agence européenne des adoptés appellent à une mobilisation massive le 16 juin dans la rue pour soutenir le vote de ces nouvelles lois.

 

Le 16 juin à Angers, rendez-vous à 19h00 devant la préfecture (place Michel Debré).