mardi 21 Nov 2017

Inscription colloque AFC / ICHTUS "Catholique en Action !"

 Pour participer au colloque, inscription obligatoire ci-dessous 

Billetterie Weezevent
Imprimer

Écrit par AFC49. Posted in Communiqué

Les AFC poursuivent leur mobilisation en soutenant encore les deux propositions de lois visant à maintenir fermement l’interdiction de la GPA en France.

Jeudi 16 juin dernier, lors de l’examen des textes à l’Assemblée Nationale, les AFC ont manifesté et pris la parole devant des milliers de participants, aux cotés des parlementaires et de nombreuses associations déterminées. Cette action a été un succès dans la rue !

 

Les députés voteront ces textes demain mardi 21 juin ; la mobilisation continue !
A Paris, rendez-vous à 12h30, métro Invalides.

 

 --- --- ---

 

« Au commencement, il y a un désir, le désir d’avoir un enfant, d’être père ou d’être mère. Ce désir estnaturel. Et ce désir n’étant pas comblé, y succède la souffranceMais la fin ne justifie pas les moyens !

 

G.P.A., derrière cet acronyme froid se cachent deux réalités sordides :

- La fabrication d’un enfant en vue de son abandon, d’un abandon programmé, comme un bien est commandé, fabriqué, cédé, livré au titre d’un contrat de vente. La vente d’enfants ! La traite d’enfants !

- L’aliénation du corps d’une femme, l’aliénation d’une femme, souvent miséreuse, toujours dans le besoin, pour la satisfaction d’un couple de clients, de riches commanditaires.

Et il est tout de même effrayant qu’en France, dans la patrie des droits de l’Homme, en 2016, nous ayons à manifester pour que cesse une telle pratique qui est, certes, illégale en droit français mais dont on reconnaît pourtant les effets juridiques !

 

En clair, des enfants sont fabriqués par des femmes étrangères, réduites à leur matrice, pour répondre aux commandes de couples acheteurs français qui violent, impunément, la loi française et demandent ensuite la reconnaissance de leur méfait.

 

C’est le règne marchand. Avec son entrée de gamme, l’Indienne, son milieu de gamme, l’Ukrainienne, son haut de gamme, l’Américaine.

 

Enfin, la GPA gratuite étant illusoire, la GPA dite  « éthique » est au fond la même chose qu’un esclavage « éthique » ou une prostitution « éthique » : une expression parfaitement contradictoire !

 

Cette bataille, il nous faut, tous, députés, magistrats, citoyens, de droite ou de gauche, la livrer, sans relâche, pour les enfants et pour les femmes, pour les femmes de tous les pays. 

 

C’est l’honneur des députés de la soutenir et de la voter. »

 

Extrait de l’intervention de Bertrand LIONEL-MARIE, responsable national aux AFC du secteur « Bioéthique », lors de la manifestation à Paris le 16 juin 2016. 


Imprimer

Écrit par AFC49. Posted in Communiqué

Parce que la femme ne peut être exploitée ! Parce qu’un enfant n’est pas une marchandise !

 

Déposées depuis plusieurs mois, deux propositions de loi seront discutées à partir du jeudi 16 juin à l’Assemblée Nationale pour lutter contre la GPA.

La première, présentée par Valérie Boyer et plus de 40 députés, vise à lutter contre le recours à une mère porteuse, notamment en créant un délit spécial assorti d'une peine dissuasive, et à condamner ceux qui violent la loi française, y compris à l'étranger.

 

La seconde, présentée par Philippe Gosselin et près de 70 députés, vise à inscrire dans le premier article de notre Constitution le principe d’indisponibilité du corps humain.

 

Les AFCLa Manif Pour Tous, le CPDH, les Maires pour l’Enfance, l'Appel des Professionnels de l’Enfance et l'Agence européenne des adoptés appellent à une mobilisation massive le 16 juin dans la rue pour soutenir le vote de ces nouvelles lois.

 

Le 16 juin à Angers, rendez-vous à 19h00 devant la préfecture (place Michel Debré).


 

Imprimer

Écrit par AFC49. Posted in Communiqué

Le Ministère de l’Education nationale prépare une réforme visant à modifier le régime d’ouverture des établissements hors-contrat – qui passeraient d’un régime de déclaration à un régime d’autorisation préalable – et à imposer désormais à ces écoles, ainsi qu’aux enfants scolarisés à la maison, le respect des programmes de l’Education Nationale, à la fin de chaque cycle, en CE2, en 6ème et en 3ème.

Cette réforme aurait deux conséquences :

  • limiter la liberté pédagogique des écoles hors-contrat, qui préparent aux divers diplômes nationaux grâce à une large palette d'approches éducatives ;
  • limiter la liberté de choix des parents : en effet,  toutes les nouvelles écoles privées sous contrat auraient également à se plier au régime de l’autorisation préalable. L’Etat s’arrogerait ainsi le pouvoir de choisir les critères d’ouverture des écoles privées.

La Déclaration Universelle des Droits de l’Homme affirme que « les parents ont, par priorité, le droit de choisir le genre d’éducation à donner à leurs enfants » (Art 26-3). Pour les Associations Familiales Catholiques, la liberté de choix d’une école – qu’elle soit publique, privée sous contrat ou hors contrat ou qu’il s’agisse d’une scolarisation à domicile – est pour les parents, premiers et principaux éducateurs de leurs enfants,  un droit fondamental qui ne saurait être  limité par l’Etat. 

 

Elles demandent donc que cette réforme soit abandonnée et que la priorité soit effectivement donnée à la mise en oeuvre de l’actuel système de contrôle a posteriori dont on attend qu'il veille à la qualité de l’enseignement et lutte contre les risques de radicalisation des élèves.

Elles seront vigilantes contre toute atteinte à la liberté scolaire des familles.


 

Imprimer

Écrit par AFC49. Posted in Communiqué

Les Associations Familiales Catholiques (AFC) se mobilisent les 28 et 29 mai prochains, jour de la fête des mères, pour célébrer la mère et l’enfant en quêtant sur la voie publique.

 

Cette quête organisée sous l’égide de l’Union Nationale des Associations Familiales (UNAF) et des Unions Départementales des Associations Familiales (UDAF) collecte des sommes chaque année plus importantes. Elles sont entièrement versées à des œuvres agissant sur le terrain en faveur des mères et futures mères en détresse, et des enfants menacés. En 2015, 187 176 € ont ainsi été récoltés.

 

Agir pour qu’il y ait toujours une place pour une maman et son enfant est une contribution forte au service de la vie.

 

Pour les AFC, quêter pour la mère et l’enfant est la manière la plus concrète de s’associer à la Journée Nationale pour la Vie, de s’engager en faveur de l’accueil et du respect de toute vie, de la conception à la mort naturelle, et de délivrer à la société un message d’espérance et de joie notamment grâce au dialogue qui s'instaure avec les passants et les donateurs ce jour-là.


 

Imprimer

Écrit par AFC49. Posted in Communiqué

Sur proposition du Gouvernement, un amendement au projet de loi « Justice au 21e siècle » vient d’être adopté par la commission des lois de l’Assemblée Nationale. Celui-ci prévoit, en cas de divorce par consentement mutuel,  la suppression du recours au juge et le simple enregistrement par un notaire, afin de désengorger la justice et réduire le coût lié à cette séparation.

 

Comme à chaque fois que cette réforme a été proposée, les AFC, solidaires de la position de l’UNAF, se sont fermement opposées à un dispositif qui, en facilitant le divorce, affaiblirait le mariage et la famille.

 

Le mariage n’est pas un simple contrat qui se défait devant un notaire. Le mariage est un acte solennel et public devant la société !  Par voie de conséquence, le divorce n’est alors pas un acte banal dont le seul enjeu serait de réduire le coût !

 

Aujourd’hui le juge prononce le divorce s’il a la conviction que le consentement de chacun des époux est réel, libre et éclairé. Il est attentif à l’intérêt supérieur des enfants. Remplacer cette procédure par le simple enregistrement par un notaire de la convention passée entre les époux est une régression dangereuse !

Le texte sera examiné en séance à l’Assemblée Nationale à partir du mardi 17 mai, dans une semaine !

 

Les AFC invitent tous ceux qui croient que « quand la famille est forte, la France va mieux » à ajouter leur voix aux plusieurs milliers de soutiens enregistrés en quelques heures  sur la pétition Non au divorce sans juge, demandant le retrait de cet amendement et communiquée aux députés et responsables politiques.